top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGRANDJANIN Annie

Black Legends: une brillante relecture de l'histoire de la musique afro-américaine

Dernière mise à jour : 8 nov. 2023


(c) Nicolas Friess-Agence Hans Lucas


Présenté comme "une fresque musicale du "Cotton Club" à Beyoncé" , le spectacle "Black Legends" imaginé et mis en scène par Valéry Rodriguez est incontestablement une réussite !


Evitant l'écueil de dialogues trop bavards pour parler de la ségrégation raciale et de la lutte pour les droits civiques, il souligne subtilement le propos, dès les premières minutes, avec la silhouette d'un esclave qui tombe puis se relève pour devenir l'un des premiers danseurs du fameux Cotton Club de Harlem. Au fil des 36 tableaux, dans des décors d'une élégante sobriété, on évoque évidemment Rosa Parks, Martin Luther King, John Kennedy, le Ku Klux Klan, la guerre au Vietnam... et la liesse accompagnant l'annonce historique de l'élection de Barack Obama. De toute manière, des chansons comme "Strange Fruit", "I Wish I Know How It Feel To Be Free", "A Change Is Gonna Come", "I'm Black And I"m Proud" ou encore "What's Going On" parlent d'elles-mêmes.

D'Aretha Franklin à Nina Simone en passant par Sam Cooke, Otis Redding, Marvin Gaye, Stevie Wonder, Cab Calloway, Prince, Michael Jackson, Whitney Houston, Beyoncé, Public Enemy... c'est toute l'histoire de la musique afro-américaine, entre jazz, blues, gospel, hip hop, disco, funk, pop et r'n'b, qui défile devant nos yeux en une heure quarante-cinq !

(c) Nicolas Friess-Agence Hans Lucas Une énergie à couper le souffle

Quant aux artistes de la troupe, ils sont tous impressionnants. Pas vraiment de têtes d'affiches parmi les chanteurs, même si certains se sont déjà produits dans des comédies musicales à succès telles que "Le Roi Lion", "Roméo et Juliette", "Hairspray" ou "Swinging Life". On confesse cependant un petit penchant pour l'américain Barry Jonhson, manifestement imprégné par cette culture, la chanteuse qui endosse avec brio le costume de Tina Turner et Guillaume Ethève dans une version totalement bluffante du "Purple Rain" de Prince. Même enthousiasme du côté des danseurs, dotés d'une énergie à couper le souffle et des musiciens en live sur scène.


(c) Nicolas Friess-Agence Hans Lucas


Coup de chapeau également au chorégraphe et danseur Thomas Bimaï, au directeur musical Christophe Jambois (piano et claviers) qui a remis au goût du jour des titres cultes sans jamais les dénaturer, et à Sami Bedoui, le créateur des 200 costumes.

On espère que la production aura la bonne idée d'enregistrer la bande-son de "Black Legends". Histoire de prolonger le plaisir de réécouter des artistes qui marchent avec talent dans les pas de leurs glorieux aînés.


Jusqu'au 8 janvier 2023, du jeudi au samedi à 21h, matinée le dimanche à 17h, au Théâtre Bobino, 14-20, rue de La Gaîté, 75014 Paris. Tél.: 01.43.27.24.24. billetterie@bobino.fr

Infos et horaires des séances supplémentaires durant les vacances scolaires sur le site: https://bobino.fr

- Prolongations jusqu'au 26 mars 2023 à Bobino et représentations supplémentaires les 8 et 9 avril 2023 au Zénith, 211, avenue Jean-Jaurès, 75019 Paris. Loc. points de vente habituels.

- Retrouvez cet article, ainsi que l'ensemble de l'actualité culturelle (musique, théâtre, festivals, littérature, évasion) sur le site www.weculte.com




Comments


bottom of page