top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGRANDJANIN Annie

Henri Martin et Henri Le Sidaner, frères d'art



Henri Martin, Le Bassin, huile sur toile, vers 1908. Collection Pierre Bastid, Paris. Photo Galerie Alexis Pentcheff

Après une invitation à suivre le peintre voyageur Félix Ziem, le Palais Lumière à Evian propose une nouvelle exposition intitulée "Henri Martin - Henri Le Sidaner, deux talents fraternels", en partenariat avec le Musée Singer Laren aux Pays-Bas et le Musée Baron Martin à Gray.

Considérés comme des acteurs majeurs du courant intimiste de la Belle Epoque, ils s'étaient rencontrés en avril 1891 et ont entretenu une longue et solide amitié.

Natif de Toulouse en 1860, Henri Martin était inspiré par le soleil et les couleurs vives du Sud tandis que Henri Le Sidaner, originaire de Port-Louis (Île Maurice), de deux ans son cadet, a vécu successivement à Dunkerque, Etaples... avant de s'installer, sur les conseils de Rodin, à Gerberoy dans l'Oise. Un artiste du Nord, comme il l'a toujours clamé, dont les oeuvres sont baignées de teintes délicates. Tous deux partageront une même passion pour la représentation de la nature, de ses lumières... On affirme qu'en évoquant l'un, on songeait immédiatement à l'autre. "Nos natures étaient un peu différentes, mais nos visions d'art étaient parallèles..." confiait Henri Martin.

Henri Le Sidaner, Sur les dunes, Etaples, 1888, huile sur toile, collection particulière. Photo Yves Le Sidaner

A travers 120 tableaux, quelques dessins et deux bronzes, l'exposition présentée par le commissaire général William Saadé et le commissaire scientifique Yann Farinaux-Le Sidaner (l'arrière petit-fils du peintre) retrace le parcours de ces artistes dont la renommée fut quelque peu balayée par la vague avant-gardiste avant de connaître un retour en grâce dans les années 1970/1980.

Au hasard de la visite, on découvre la salle des oeuvres sur papier, celle consacrée aux voyages d'études, notamment en Belgique et en Italie. Des séjours qui inspireront à Le Sidaner des huiles sur toile comme "La Lagune" de Venise", "Le Pont des Soupirs", "La Grand-Place" de Bruxelles.... tandis qu'Henri Martin confessera "Après avoir vu l'Italie, je peignis avec amour".


Petite table au pavillon, Gerberoy, 1935, huile sur toile.

On s'arrête un moment devant quelques portraits que Le Sidaner abandonnera à partir de 1900 au profit de paysages paisibles et surtout des tables de Gerberoy. "Ce qui fera sa gloire après sa mort, ce sont ces tables qui demeurent les oeuvres les plus recherchées des collectionneurs" confie Yann Farinaux-Le Sidaner qui rappelle que bon nombre des tableaux de son arrière grand-père sont désormais aux Etats-Unis .

Au sous-sol, grâce à la mise en scène des photos de famille qui entrent en résonance avec les tableaux, on a presque le sentiment d'entrer dans le quotidien des peintres. Des espaces largement consacrés aux grands décors d'Henri Martin que l'on peut admirer au Capitole de Toulouse, à La Sorbonne ou dans quelques mairies parisiennes.

 Hormis une exposition itinérante au Japon, c'est la première fois, depuis leurs disparitions, que ces frères d'art se trouvent à nouveau réunis en Europe. Et c'est à Evian, dans le magnifique cadre du Palais Lumière...

  

-Jusqu'au 5 janvier 2025, au Palais Lumière Evian, Quai Charles-Albert Besson. Tous les jours de 10h à 18h (lundi, mardi de 14h à 18h) et les jours fériés en France et en Suisse. Ouvert le mardi de 10h à 18h pendant les vacances scolaires. Plein tarif: 9 Euros, tarif réduit à 7 Euros et gratuit pour les moins de 16 ans. Tél.: 33 (0)4 50 83 15 90. www.palaislumiere.fr

0 commentaire

Comments


bottom of page