top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGRANDJANIN Annie

"Mémoire(s) de l'Olympia": le bel hommage de Tito Clément au temple du music-hall



Tito Clément

"Ce projet, je le porte en moi depuis 2014 !" confie Tito Clément, auteur et interprète de "Mémoire(s) de l'Olympia". Pour ce chanteur qui a notamment été sélectionné par Francis Cabrel pour les "Rencontres d'Astaffort", incarné Johnny Rockfort, au sein d'une troupe dans une reprise de l'opéra-rock Starmania, sorti un album intitulé "Ce que je suis..."..., fouler les planches du célèbre music-hall parisien serait évidemment la consécration mais c'est un autre rêve qui l'a conduit à se lancer dans cette folle aventure. "Une nuit, je me suis vu sur cette scène. Le public applaudissait et, en me retournant, j'ai aperçu Jean-Michel Boris. Lorsque je me suis réveillé, le concept était là et il ne m'a plus lâché". Quand on sait que l'ancien directeur artistique de l'Olympia l'a lui-même encouragé, on comprend son enthousiasme. "C'est à l'occasion d'une invitation à une émission de radio à Marseille que j'ai rencontré Tito Clément, jeune chanteur doté d'un joli brin de voix. Le courant est passé entre nous..., c'est ainsi que quelques années plus tard, Tito me fit part de son souhait de créer un spectacle solo autour de l'histoire de l'Olympia... Avec beaucoup de ténacité, de patience, de courage, il est arrivé à proposer un spectacle seul en scène dans lequel il racontait l'histoire des rapports de certaines vedettes avec ce lieu mythique. Je trouve extrêmement courageuse cette attitude et cette volonté, c'est pourquoi je lui ai accordé ma confiance et mon soutien moral..." peut-on lire dans une lettre de Jean-Michel Boris écrite en juin 2017. "Il a été mon référent. Je l'appelais pour qu'il me confirme tel ou tel évènement car je voulais que tout ce que je raconte soit "sourcé". Il m'a aussi conseillé quelques livres". Un spectacle qu'il n'a malheureusement pas pu découvrir car il était encore "en construction" au moment de sa disparition.

Dans "Mémoire(s) de l'Olympia", il y a de la tendresse, de l'humour, de l'amour aussi. Celui que Tito porte à la chanson française. "C'est ma culture. Lorsque j'étais gamin, je regardais les émissions de Maritie et Gilbert Carpentier ".



Sur les habiles conseils du metteur en scène Laurent Malot, le chanteur et narrateur apparaît en blouse d'homme à tout faire, accompagné par le talentueux pianiste Bernard Menu, dissimulé derrière un rideau de tulle. Côté décor: deux fauteuils rouges, un établi devant lequel il bricole tout en se remémorant les grandes heures et les moments difficiles du music-hall, un porte-manteau où sont accrochés des vestes et des chapeaux pour "incarner" certains artistes.

Ainsi de Piaf à Brel en passant par Eddy Mitchell, Claude Nougaro, Michel Jonasz, Johnny Hallyday, Michel Sardou, Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Frank Sinatra... Tito reprend avec talent les succès de ceux dont le nom a brillé sur le fronton du 28, boulevard des Capucines. Sans oublier de jolis moments d'émotion avec "C'est peut-être" d'Allain Leprest, "Louise", de Gérard Berliner ou encore "Ma petite fille de rêve" de Jean-Michel Caradec.


Entre deux extraits de chansons, il nous fait partager des souvenirs et anecdotes: les fameux rendez-vous Musicorama, la Pizza du Marais et son célèbre patron Lulu, grand découvreur de talents, où Jean-Michel allait faire son "marché", la vague yéyé, la disparition du patron Bruno Coquatrix, un triste 1er avril 1979, les adieux de Brel, les numéros visuels et le début des récitals avec Charles Aznavour, le triomphe de Piaf qui sauvera le music-hall au bord de la faillite...

Un spectacle qui se termine en 1997, année de la fermeture et de la reconstruction de l'Olympia. "Parce qu'il fallait bien trouver un évènement marquant et que je souhaitais évoquer le mythe. J'ai malheureusement dû faire l'impasse sur Michel Fugain, les Beatles, Michel Polnareff...

On peut donc espérer d'autres chapitres à ce passionnant voyage musical dans l'histoire et les coulisses du temple du music-hall...


- Les 8 et 22 juin 2023, à 15h, au Théâtre Darius Milhaud, 84, allée Darius Milhaud, 75019 Paris. Tél.: 01.42.01.92.26. Et le 30 juillet 2023, à 19h30 au Festival "Les 3 coups de Jarnac". Infos sur le site https://les3coupsdejarnac.com



Comments


bottom of page