top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGRANDJANIN Annie

Charles Kieny "Pour moi, la musique est un acte collectif"

Dernière mise à jour : 19 juin 2023


Charles Kieny (c) Ya-Heng (Judy) Chen

En novembre dernier, il avait rencontré un vif succès, à la tête de son quintet CKRAFT (accordéon, saxophone ténor, guitare, basse, batterie) sur la scène de la Boule Noire à Paris avec les titres de son premier album "Epic Discordant Vision"( sorti le 3 juin 2022). Une insolite et électrisante fusion entre jazz, metal et mélodies inspirées des chants grégoriens.

Cette fois, le compositeur et accordéoniste Charles Kieny a "débranché" son instrument fétiche pour donner la réplique à deux virtuoses du violoncelle: Sary Khalifé et Bruno Ducret. Un trio jazz de chambre, qui vient de sortir un bel EP 5 titres, sous le nom de "CrozPhonics".

Rencontre avec un artiste passionné, heureux lauréat 2022 du Prix de la Fondation Jean-Luc Lagardère dans la catégorie jazz et musique classique.


- Deux projets, très différents, à un an d'intervalle, c'est assez inattendu ?

Avant CKRAFT, je me disais que j'allais bientôt avoir 30 ans et que je n'avais toujours pas sorti mon album. Ce n'était pas une échéance mais ça me stressait un peu. En ce qui concerne CrozPhonics, je préfère parler d'un disque plutôt que d'un EP. Je n'aime pas trop les initiales.

- Pas plus que les étiquettes, non ?

C'est la diversité qui nourrit mes projets ! Pour "Epic Discordant Vision", j'ai rassemblé mes trois coups de coeur. Adolescent, j'adorais le metal puis je suis venu au jazz et j'ai toujours été touché par les chants grégoriens dont les mélodies ont traversé le temps.

- Pour "CrozPhonics," vous avez "débranché" votre accordéon ?

J'avais amplifié mon instrument avec des capteurs électroniques avec CKRAFT mais là, l'idée était de revenir à des choses plus subtiles. J'aime bien le côté "unplugged" comme disent les anglo-saxons et le sentiment de présenter les deux côtés d'une même pièce.

- Cette fois, on peut parler de "jazz de chambre" ?

En fait, c'est la formation qui est chambriste. Moi, je pense que je suis un musicien de jazz. C'et une musique qui me parle. Et je vibre autant en l'écrivant qu'en la jouant.


Sary Khalifé, Bruno Ducret et Charles Kieny (c) Ya-Heng (Judy) Chen

- Comment est née cette passion pour l'accordéon, un instrument qui ne fait pas forcément "vibrer" les jeunes ?

C'est ma grand-mère qui m'a posé un accordéon sur les genoux. C'était un vieux truc qui traînait au grenier. Et je voulais faire plaisir à ma grand-mère... J'ai alors suivi des cours dans l'association du village avec 4 ou 5 autres gamins. Cela me plaisait parce que pour moi, la musique est un acte collectif. Lorsque nous avons déménagé, je suis passé au cours individuel et c'est là que j'ai arrêté l'accordéon. Je ne l'ai repris qu'à l'âge de 17 ans mais je ne savais toujours pas lire la musique. Je suis allé dans un conservatoire local où je prenais des cours de solfège avec des enfants de 7 et 8 ans ! J'ai aussi joué de la batterie.

- Il paraît que Bruno Ducret ne sera pas sur l'album à venir ?

C'et vrai. Lorsque nous nous sommes rencontrés par hasard au New Morning, nous avons réalisé que nous avions beaucoup de points communs. On aime quand il y a une sorte de rage de vivre dans la musique. Mais il a sa propre carrière à suivre et il sera remplacé par Lina Belaïd qui est plus branchée musiques du monde.

- Parlez-nous de ce Prix de la Fondation Jean-Luc Lagardère ?

Grâce à cette bourse, je vais pouvoir financer la bonne réalisation de l'album. J'ai aussi eu la chance d'être lauréat 2021 du Fonds Régional pour les talents émergents (financé par la Région Île-de-France) pour CKRAFT. Le fait que mes projets rencontrent l'approbation des institutions leur donne un peu plus de poids. C'est comme un petit pouce en l'air !

- Le nom de votre trio fait référence à à celui d'une petite commune près de Draguignan ?

Il s'agit de Villecroze. Nous avons passé plusieurs jours là-bas dans un lieu de création privilégié, avec des gens incroyables. 4 des 5 titres ont été enregistrés dans ce village du Var. Nous étions comme dans un monde parallèle. J'avoue que j'ai littéralement pleuré lorsque je suis rentré à Paris. Le nom "CrozPhonics" est un clin d'oeil parce que c'est là-bas que tout a commencé...


- "CrozPhonics" (CKRAFTPROD/Inouïe Distribution), disponible depuis le 9 juin 2023.

- En concert, le 11 juillet 2023 au Festival Jazz à Vienne.

0 commentaire
bottom of page