top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurGRANDJANIN Annie

"Toute une vie sans se voir": un sensible et troublant duo amoureux

Dernière mise à jour : 30 sept. 2023


L'idée est originale et les similitudes pour le moins troublantes ! Ecrit et interprété par Julie Rousseau et Bastien Lucas, "Toute une vie sans se voir" (subtilement mis en scène par Stéphane Olivié Bisson) propose une lecture moderne du mythe d'Orphée et Eurydice dont l' histoire d'amour entre ici en résonance avec celle de Véronique Sanson et Michel Berger.

La chanteuse n'a pas été mordue par un serpent, mais on se souvient que, partie pour acheter des cigarettes, elle s'était envolée pour suivre Stephen Stills aux Etats-Unis mettant ainsi fin à sa brève et intense liaison avec celui qui lui avait fait enregistrer son premier album "Amoureuse"...

Au fil des années, l'un et l'autre entretiendront une longue correspondance par chansons interposées. Des "messages personnels" dont les titres tels que "Le temps est assassin", "Chanson sur ma drôle de vie", "Toute une vie sans te voir"... sont teintés de regrets tandis que lui rétorque "Seras-tu là ?", "Quelques mots d'amour", "Attendre"...

Dotée d'un timbre puissant et mélodieux qui lui permet de se glisser dans le répertoire de Sanson, sans jamais chercher à l'imiter, Julie Rousseau nous interpelle et nous émeut. Tandis que Bastien Lucas affiche une sensibilité, une fragilité parfois, proches de Michel Berger. Avec, en filigrane, quelques rapprochements avec la plus célèbre histoire d'amour de la mythologie grecque.

En solo ou en duo, les chanteurs et pianistes reprennent avec un indiscutable talent ce dialogue qui s'est poursuivi jusqu'à la disparition brutale, en 1992, de l'auteur de "Paradis Blanc". Et bien au-delà puisque Sanson sortira en 1999 un bel album-hommage intitulé "D'un papillon à une étoile"...


- Jusqu'au 8 octobre 2023, du jeudi au samedi à 21h et mat. le dimanche à 14h30, au Studio Hébertot, 78 Bis boulevard des Batignolles, 75017 Paris. Loc. au 01.42.93.13.04. www.studiohebertot.com

0 commentaire

Comments


bottom of page